1 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
1usion étendait sur toutes choses une aile d’ombre flatteuse aux caprices redoutables. Cette nuit-là nous rencontrâmes des anges a
2 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
2usion étendait sur toutes choses une aile d’ombre flatteuse aux caprices redoutables. Cette nuit-là nous rencontrâmes des anges a
3 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
3e prolonger un malentendu qu’ils jugent peut-être flatteur, ou commode. Cette espèce de stoïcisme moral, dans lequel nous voyons
4 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
4 que nous avons divinisées, toutes les idolâtries flatteuses ou basses ou généreuses, [p. 91] pour lesquelles les hommes s’entretu
5 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
5tente plus de délivrer le peuple souverain de ses flatteurs. Il se trouve au contraire des centaines de Marat pour lui dire qu’il
6loyauté, mais dans la tolérance qu’on accorde aux flatteurs. Le plus beau de l’affaire, c’est qu’un homme qui voudrait témoigner
6 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
7igne évident d’une « distinction » tout à la fois flatteuse et rassurante. Et qui sait, ce Palais de l’Esprit ne va-t-il pas « ré
8 qui précisément me paraît remarquable. L’accueil flatteur — ou flatté — et poli qu’on a coutume de réserver à ces délirants pat
9u de la perte. Le clerc qui ne sert à rien, c’est flatteur et c’est distingué, mais il faut encore le nourrir. Une logique vulga
7 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
10 de nos cœurs actuels. Or, ce n’est pas une image flatteuse conçue comme un négatif du désordre, qui pourra nous sauver de ce dés
8 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
11e son œuvre, et non plus sa réussite émouvante ou flatteuse, mais bien cette lutte et cette prière jaculatoire, cette lutte d’où
9 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
12happe dans l’imagination d’actions impossibles et flatteuses. L’un des signes les moins équivoques de cette rupture avec le concre
13blèmes qu’ils traitent, non point par des modèles flatteurs ? Plus simplement encore, et sans juger des réussites, combien pourra
10 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (I) (15 février 1937)
14es fortunes, et traversant la vie dans un murmure flatteur, comme on peut le voir au cinéma. C’est agréable, pour un écrivain, q
11 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
15issent plus révélateurs que d’un mystère vague et flatteur. Comment expliquer autrement qu’à partir du xiie siècle, celui qui c
16ltants, de jouissances toujours plus violentes ou flatteuses. C’est tout le possible qui s’ouvre, un destin qui acquiesce au désir
12 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
17e Vidal soit autre chose qu’un galant amuseur, un flatteur de femmes riches — celles qui forment son public ? Mais la suite du p
13 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
18, aux yeux des réalistes, ou comme une survivance flatteuse aux yeux des femmes et des badauds curieux. (C’est ainsi que les démo
19e la cour à une femme c’est l’étourdir de paroles flatteuses : ainsi nos hommes politiques quand ils courtisent une assemblée élec
14 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
20issent plus révélateurs que d’un mystère vague et flatteur. Comment expliquer autrement qu’à partir du xiie siècle, celui qui c
21ltants, de jouissances toujours plus violentes ou flatteuses. C’est tout le possible qui s’ouvre, un destin qui acquiesce au désir
15 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
22’est parades et bottes, fanfares, rythmes virils, flatteuses géométries garantissant l’ordre social contre le mystérieux Esprit de
16 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
23s’agit pas de lui offrir n’importe quelle réponse flatteuse ou approximative. Et ce besoin de certitude, il s’agit de le combler
17 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
24e des hommes qui auront su répudier les illusions flatteuses de l’ère bourgeoise. Car ceux-là seuls sauront alors ce qui mérite d’
18 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
25 hommes que des masques tour à tour rassurants ou flatteurs. « Déguisement, tu es, je le vois, une vilaine ruse par où notre Enne
19 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
26rnegie, c’est un bavard perpétuellement souriant, flatteur pour qu’on le flatte, rompu aux stratagèmes de la fausse modestie la
20 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
27enir tentant, si c’est assez intense ou excitant, flatteur, facile, et prétexte à se fuir… 50. « Vital » et autres sophismes T
21 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
28onniste, lui qui n’aime rien tant que l’équivoque flatteuse, le ronron du style officiel, le gâtisme des fins de banquet ; et qua
22 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
29 mais c’est peut-être simplement singer un modèle flatteur et rassurant. Et pourquoi ? Parce que le chemin est invisible tant qu
23 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
30a mort est un acte extrême, non pas une médiation flatteuse et humaniste — cela fait voir que nous n’avons aucune liberté possibl
24 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Un climat tempéré (22 août 1945)
31fornienne et qui explique cette irréalité fade et flatteuse de tant de films tournés à Hollywood. Aux toundras, steppes, déserts,
25 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
32’est parades et bottes, fanfares, rythmes virils, flatteuses géométries [p. 35] garantissant l’ordre social contre le mystérieux E
26 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
33fornienne et qui explique cette irréalité fade et flatteuse de tant de films tournés à Hollywood. Aux toundras, steppes, déserts,
27 1946, Lettres sur la bombe atomique. 13. La pensée planétaire
34 ou quinquennales, avec nos allusions perfides ou flatteuses qui perdent pointe et sens si l’on se déplace un peu, disons à quelqu
28 1947, Doctrine fabuleuse. 10. La gloire
35 est encore plus grave : elle est ressentie comme flatteuse. C’est donc quelque chose de vulgaire. De fait, je ne connais pas de