1 1936, Esprit, articles (1932–1962). Erskine Caldwell, Le Petit Arpent du Bon Dieu (novembre 1936)
1er, aujourd’hui Caldwell. On parlait autrefois de gauloiserie. Il faudra dire désormais : américanisme. Mais on risque bien de comm
2rreur que la critique française à l’endroit de la gauloiserie : on s’imagine que c’est du réalisme, que c’est enfin la « vraie » na
3n opposition avec la conception romantique. Or la gauloiserie, aussi bien que la courtoisie, est une fiction romantique. La pensée
4simplifiée et illusoire. Tout ce qui constitue la gauloiserie : la licence fantaisiste, le dédain de toutes les complications natur
2 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
5 aux parties basses de la littérature française : gauloiserie, gaillardise, rationalisme, polémique, misogynie curieusement exaspér
6 l’autre ! [p. 204] 5. Un idéal à rebours : la gauloiserie Imposer un style à la vie des passions — ce rêve de tout le moyen âge
7al des épopées courtoises ? Il me paraît que la « gauloiserie » n’est qu’un pétrarquisme à rebours. « On aime à opposer — écrit J. 
8n opposition avec la conception romantique. Or la gauloiserie, aussi bien que la courtoisie, est une fiction romantique. La pensée
9simplifiée et illusoire. Tout ce qui constitue la gauloiserie : la licence fantaisiste, le dédain de toutes les complications natur
10ême : celui de la luxure. » Ce lien profond de la gauloiserie et de l’amour alambiqué, on le surprend dans une satire du xiiie siè
11un trait brutal ces éloges. Autre complicité : la gauloiserie démolit le mariage par en bas, alors que la chevalerie le ridiculisai
12xemple. Le xviiie est trop poli pour admettre la gauloiserie : il la remplace par une affectation de facilité voluptueuse. Cette b
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
13as de contradiction profonde, nous l’avons vu, la gauloiserie n’étant pas moins que la passion une évasion hors du réel, une façon
4 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — f. Soulèvement des puissances animiques
14i de légèreté, de vraie tendresse mais de « saine gauloiserie » ? Et comment pourrait-il y voir ce « soulèvement de l’âme », ce ret