1 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sarah, par Jean Cassou (novembre 1931)
1ersonnelle et persuasive. Son espagnolisme et son germanisme révèlent ici d’heureuses complicités sentimentales. Ce qui gêne pourt
2 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Deuxième Jour de la Création, par Ilya Ehrenbourg (décembre 1933)
2 plus de conversion possible au prolétariat qu’au germanisme. Voilà de quoi refroidir les sympathies trop spontanées. Il faudra, j
3 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
3rer je ne sais quel hypothétique et préhistorique germanisme sont destinés — plus ou moins consciemment — à masquer le caractère a
4 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
4sin. Les Romands qui se rétractent au seul mot de germanisme ne sont pas ceux qui sauront illustrer la Suisse romande, donc la déf
5tant, Madame de Staël, Vinet n’ont pas eu peur du germanisme, l’ont étudié et l’ont aimé. Ce sont nos meilleurs écrivains. 7. Tolé
5 1940, La Vie protestante, articles (1938–1978). De Luther à Hitler (15 mars 1940)
6atholiques (aujourd’hui, 50 %) ? Oui ou non, le « germanisme éternel » existait-il avant Luther ? Oui ou non, l’axe Berlin-Rome pa
6 1944, Les Personnes du drame. Introduction
7ble, l’intention de son existence. La magie et le germanisme surmontés, ordonnés et mis en valeur (au sens nietzschéen de ce terme
7 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
8lm Meister, ou le Streben de Faust. Guérir de son germanisme irrationnel par l’application d’un remède germanique, et rendre ainsi
8 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
9 civilisation romaine. Au lieu de rapporter à son germanisme originel certains défauts de Luther, on rapporte au luthéranisme tout
10llemagne actuelle ; comme si Luther avait créé le germanisme. Comme s’il était l’ancêtre non de Niemöller, chrétien et luthérien,
9 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
11s à Hitler et à Goebbels, c’était de dénaturer le germanisme et de ravager l’espace vital qu’avait toujours été l’Allemagne pour l
10 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
12dition et passion du progrès, science et sagesse, germanisme et latinité, individualisme et collectivisme, droits et devoirs, libe
11 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
13dition et passion du progrès, science et sagesse, germanisme et latinité, individualisme et collectivisme, droits et devoirs, libe
12 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
14uvres si diverses, sur leur helvétisme au sein du germanisme. Mais les différences majeures entre Alémaniques et Allemands ne doiv
13 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
15e » au marécage, à la magie, à l’histrionisme, au germanisme, à la chasteté douteuse, à la religiosité décadente et aux « Sursum !
14 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
16 quelques raisons « L’Europe Charlemagne ». 2° Le Germanisme, avec son droit des communautés populaires, est l’une des deux source
15 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
17e » au marécage, à la magie, à l’histrionisme, au germanisme, à la chasteté douteuse, à la religiosité décadente et aux « Sursum !
16 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
18d’une tradition humaniste où se mêlent intimement germanisme et latinité, esprit de la Cité et cosmopolitisme, et qui rend plus se
17 1965, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Un écrivain suisse (20-21 mars 1965)
19ongue tradition humaniste où se mêlent intimement germanisme et latinité, esprit de la Cité et cosmopolitisme, et qui rend plus se
18 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
20la Grèce, Rome et Jérusalem, le christianisme, le germanisme et le celtisme, s’est formée à partir de foyers locaux (cités italien
19 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). C.J.B. l’Européen, 1891-1974 (printemps 1974)
21t esprit de la cité et cosmopolitisme, mais aussi germanisme et latinité, et qui rend plus sensible à l’oreille intérieure les ary