1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Lucien Fabre, Le Tarramagnou (septembre 1929)
1n téméraire de nos jours : un roman à thèse aussi intelligent que vivant. p. 1151 d. « Lucien Fabre : Le Tarramagnou (NRF, P
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Cécile-Claire Rivier, L’Athée (mai 1926)
2ni fatigue le développement un peu théorique mais intelligent d’un problème que l’on pressent trop complètement résolu dès les prem
3 1926, Journal de Genève, articles (1926–1982). Le Dépaysement oriental (16 juillet 1926)
3sées. Il apparaît, ici, comme le type du voyageur intelligent, qui n’accepte d’être séduit que pour « mieux comprendre », assez « f
4 1926, Articles divers (1924–1930). L’Atmosphère d’Aubonne : 22-25 mars 1926 (mai 1926)
4river à quelque chose de définitif à la fois et d’intelligent, je le mesure aussi à l’émotion qui accueillit l’étude de Maury sur J
5 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
5 ils ne souhaitent que d’être leur propre témoin, intelligent mais immobile : ce sont les mêmes qui s’ignorent en tant que personne
6 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Daniel-Rops, Notre inquiétude (avril 1927)
6on. Il décrit la « génération nouvelle » avec une intelligente sympathie et un sens rare des directions générales. « Hamlétisme », p
7 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Bopp, Interférences (décembre 1927)
7r, c’est cela, le malaise d’écrire. Bopp est très intelligent. Et plein de verve, et pas embarrassé du tout pour vous lâcher un bea
8 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
8session d’automobiles Ford. Et, comme il est très intelligent, il a vite fait de démêler les conditions les plus rationnelles de la
9 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Princesse Bibesco, Catherine-Paris (janvier 1928)
9é. Il y a encore [p. 122] la princesse, le témoin intelligent et un peu ironique des cours d’Europe à la veille de la guerre. De ce
10 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
10nte les obstacles avec un contentement modeste et intelligent qui est plus émouvant que bien des chants de victoire de « sauvés ».
11 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
11utres « moralistes » c’est que ceux-ci sont moins intelligents, moins conséquents que M. Gide, ou qu’ils reculent devant l’audace de
12manque d’ange et de bête. Il est merveilleusement intelligent. On n’y parle strictement que de psychologie et des ruses de l’art, s
12 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
13tion avec les idées des autres, quand ils étaient intelligents ; et autrement, du journalisme. On compare ensuite certains types n
13 1932, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La pluie et le beau temps (Dialogue dans une tête) (1932)
14i toujours estimé, Sonnette, que vous extrêmement intelligente. Je regrette profondément que vous n’ayez pas plus de sens qu’un oise
14 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
15e cette théologie dans les écrits marxistes, plus intelligents et plus logiques surtout que ceux des fascistes et racistes. Prenez l
15 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
16en [p. 124] définitive. Il n’est qu’une extension intelligente de l’intérêt personnel. Il est à cet égard le contraire du service ch
16 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
17 la nation. [p. 248] On sent qu’un homme humain, intelligent, honnête et doué de sens critique, se devrait en tout temps de partic
18t cela, je dis qu’un honnête homme, et au surplus intelligent, se doit de n’y pas tremper fût-ce du bout de son stylo. c) Justemen
19eprochent de vouloir une politique vraie, et même intelligente : — Continuez donc ! Militez dans le front populaire ou le front nati
17 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
20e cette théologie dans les écrits marxistes, plus intelligents et plus logiques surtout que ceux des fascistes et racistes. Prenez l
18 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
214) r Combien existe-t-il en France de personnes intelligentes ? Pour le juger il ne faudrait sans doute pas se fier au tirage moyen
19 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
22e conscience. Ce sont les hommes [p. 25] les plus intelligents du siècle, mais aussi les moins créateurs au sens absolu de ce mot :
20 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
23ibue par là-même à rendre [p. 202] toujours moins intelligent. Quelques-uns me sauraient gré sans doute de jouer le jeu facile, et
21 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
24 une politique européenne, c’est à peu près aussi intelligent que de se déclarer l’adversaire des avalanches et des marées, pour de
22 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
25l’élite de la nation. On sent qu’un homme humain, intelligent, honnête et doué de sens critique, se devrait en tout temps de partic
26t cela, je dis qu’un honnête homme, et au surplus intelligent, se doit de n’y pas tremper fût-ce du bout de son stylo. c) Justemen
27e dis qu’un homme honnête, au surplus patriote et intelligent, pleinement humain, et doué de sens critique, a toutes les raisons de
28eprochent de vouloir une politique vraie, et même intelligente : — Continuez donc ! Militez dans le Front populaire ou le Front nati
23 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
29st un jeune homme d’allure énergique et de visage intelligent, la chevelure noire en bataille qu’il saisit à pleines mains dans les
30 petit maigre en casquette, environ 35 ans, l’air intelligent. Je l’approuve et m’étonne que la discussion n’ait pas été plus longu
31uit. Mais ce n’est pas pour qu’il dise des choses intelligentes, ou nouvelles. C’est surtout parce qu’un homme instruit jouit d’une c
32 la vie, je crois ; ou bien l’on écrit des choses intelligentes, et c’est encore l’aveu d’une inadaptation cruelle aux mœurs et coutu
33 franche d’un garçon de vingt ans, costaud, l’air intelligent et ouvert : « Pensez-vous qu’on pourrait faire la même chose ici ? »
34eur situation concrète. Esprit critique, méfiance intelligente des paysans, conscience de leur autonomie… Je ne bifferai pas les con
24 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
35l, on peut dire que les communistes sont les plus intelligents du village. Ce sont eux et eux seuls qui proposent des réformes prati
36eur réel, l’auditeur réel, est toujours autrement intelligent qu’on ne l’imagine quand on écrit sans l’avoir jamais vu. Il n’est pa
37veste de toile bleue proprette, visage nerveux et intelligent. — Vous avez mon Huma ? — Bou die ! je les ai toutes vendues, Monsieu
25 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
38st un jeune homme d’allure énergique et de visage intelligent, la chevelure noire en bataille qu’il saisit à pleines mains dans les
39igre en casquette, environ trente-cinq ans, l’air intelligent. Je l’approuve et m’étonne que la discussion n’ait pas été plus longu
40uit. Mais ce n’est pas pour qu’il dise des choses intelligentes, ou nouvelles. C’est surtout parce qu’un homme instruit jouit d’une c
41 la vie, je crois ; ou bien l’on écrit des choses intelligentes, et c’est encore l’aveu d’une inadaptation cruelle aux mœurs et coutu
42 franche d’un garçon de vingt ans, costaud, l’air intelligent et ouvert : « Pensez-vous qu’on pourrait faire la même chose ici ? »
43eur situation concrète. Esprit critique, méfiance intelligente des paysans, conscience de leur autonomie… Je ne bifferai pas les con
26 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
44eur réel, l’auditeur réel, est toujours autrement intelligent qu’on ne l’imagine quand on écrit sans l’avoir jamais vu. Il n’est pa
27 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
45 temps où il ne se trouverait même plus de brutes intelligentes, comme Dioclétien, pour redonner le coup de pouce indispensable. Le g
28 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Ballet de la non-intervention (avril 1937)
46 non-abstention 73 . M. Blum s’y retrouve, il est intelligent : la non-intervention ménage tout le monde, et le fait qu’on tolère d
29 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
47 stupeur du siècle. On demande sottement s’il est intelligent. Ne voyez-vous donc pas qu’un homme intelligent, qu’il le soit très p
48t intelligent. Ne voyez-vous donc pas qu’un homme intelligent, qu’il le soit très peu ou follement, si cela compte en lui le moins
49reil ? Un génie n’est ni fou ni bête, ni sensé ni intelligent. Il ne s’appartient pas, n’a pas de qualités propres, de vices ou de
30 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
50rovoque la stupeur du siècle. On demande s’il est intelligent. Ne voit-on pas qu’un homme intelligent, qu’il le soit très peu ou fo
51 s’il est intelligent. Ne voit-on pas qu’un homme intelligent, qu’il le soit très peu ou follement, si cela compte en lui le moins
52eil. Un génie n’est ni fou, ni bête, ni sensé, ni intelligent. Il ne s’appartient pas, n’a pas de qualités propres, de vices ou de
31 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
53n ! Et ses plans sont irréprochables, paraît-il : intelligents et généreux, idéalistes, réalistes… » Le Diable ne répondit rien, il
32 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable XI : Le Diable dans nos dieux (24 décembre 1943)
54n ! Et ses plans sont irréprochables, paraît-il : intelligents et généreux, idéalistes, réalistes… » Le Diable ne répondit rien ; il
33 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
55 doute, n’eût osé le soupçonner. Car il n’est pas intelligent, s’il est génial. Disney, quand il se trompe, n’y va pas de main mort
34 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
56p haut, prétentieux, difficile, bon pour les gens intelligents, à ne pas lire. Quelle chance que les Français n’aient pas encore tro
35 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
57 l’esprit ? L’inefficacité par excellence. « Trop intelligent pour agir » était une phrase fine à Paris, comme à Londres et même à
36 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Une bureaucratie sans ronds-de-cuir (23 mai 1946)
58e claire et cohérente. (Pour un esprit infiniment intelligent, il n’y aurait jamais de désordre, mais seulement des complexités.) L
37 1947, Doctrine fabuleuse. 1. Premier dialogue sur la carte postale. La pluie et le beau temps
59ours estimé, Sonnette, que vous étiez extrêmement intelligente. Je regrette profondément que vous n’ayez pas plus de sens qu’un oise
38 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
60 — C’est impossible ! insista l’autre. Tout homme intelligent et sain a son opinion là-dessus. — Mais la mienne n’aurait pas d’impo
61e claire et cohérente. (Pour un esprit infiniment intelligent, il n’y aurait jamais de désordre, mais seulement des complexités.) L
39 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
62 doute, n’eût osé le soupçonner. Car il n’est pas intelligent, s’il est génial. Disney, quand il se trompe n’y va pas de main morte
63up de temps, mais surtout des efforts conscients, intelligents et bien organisés, de la part de nos offices de propagande culturelle
40 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
64té de la vie. Comme on demandait à une Américaine intelligente si le suicide par amour existait aux États-Unis : non, dit-elle, si n
41 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
65est. Le reste ne vit encore qu’en vertu de l’aide intelligente que lui donne un des deux empires neufs, aide qui doit fatalement se
42 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
66était sublime, si ce n’était finalement bien plus intelligent, bien plus sage et bien plus réaliste qu’un Athanase lui-même n’a pu
43 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
67gnorance acceptée comme la norme ! Quant aux plus intelligents, ils trouvent de moins en moins d’incitations à se surpasser (challen
44 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
68était sublime, si ce n’était finalement bien plus intelligent, bien plus sage et bien plus réaliste qu’un Athanase lui-même n’a pu
45 1957, Preuves, articles (1951–1968). L’échéance de septembre (septembre 1957)
69, les livres, les pamphlets et les articles, plus intelligents qu’informés, plus informés que judicieux, plus judicieux que sensible
46 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
70uillisés » et modifiés, ou devenus cent fois plus intelligents, verront-ils autre chose dans nos œuvres que des erreurs maniaques, d
47 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
71deux êtres en tous points normaux, supérieurement intelligents, intégrés dans la vie sociale d’une capitale européenne mais irrités
48 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
72 deux êtres en tout point normaux, supérieurement intelligents, intégrés dans la vie sociale d’une capitale européenne mais irrités
49 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
73ressemblance avec les autres taureaux ; un esprit intelligent l’anime, comme un humain ; il ne lui manque que la parole. » Elle dit
50 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
74érir les pays voisins. Les peuples de l’Asie sont intelligents et propres à l’industrie, mais ils manquent de courage, et c’est pour
75 ces deux sortes de caractères, elle est brave et intelligente. Aussi demeure-t-elle libre : elle conserve le meilleur [p. 38] des g
51 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
76gnorance acceptée comme la norme ! Quant aux plus intelligents, ils trouvent de moins en moins d’incitations à se surpasser (challen
52 1963, Preuves, articles (1951–1968). Une journée des dupes et un nouveau départ (mars 1963)
77 seul instant que l’Angleterre humaine, sensible, intelligente, qui parle ainsi, fait partie de l’Europe autant que la France, la Po
53 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Universités américaines (12-13 janvier 1963)
78 serait-ce une bonne idée que tous les Américains intelligents se mettent à aimer (pas Éros mais Agapè) tous les Russes du commun pe
54 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
79ncore un portrait de la Suisse. L’enquête la plus intelligente et la statistique la plus fine peuvent montrer les traits acquis de l
55 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
80ncore un portrait de la Suisse. L’enquête la plus intelligente et la statistique la plus fine peuvent montrer les traits acquis de l
56 1969, La Vie protestante, articles (1938–1978). La lune, ce n’est pas le paradis (1er août 1969)
81 c’était d’imaginer une race d’hommes supérieurs, intelligents, meilleurs que nous, qui habitaient la Lune. Eh bien ! on s’aperçoit
57 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
82gnorance acceptée comme la norme ! Quant aux plus intelligents, ils trouvent de moins en moins d’incitations à se surpasser (challen
58 1972, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut dénationaliser l’enseignement [Entretien] (8 décembre 1972)
83er. On ne peut pas forcer les gens à être bons ou intelligents, mais on peut leur offrir un cadre où leur bonté et leur intelligence
59 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
84rvice commandé, proférés par des hommes non moins intelligents ni moins respectables que les promoteurs du nucléaire, et recourant n
60 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
85i échappe à nos psychologies… On demande s’il est intelligent. Ne voit-on pas qu’un homme intelligent, si cela compte en lui le moi
86 s’il est intelligent. Ne voit-on pas qu’un homme intelligent, si cela compte en lui le moins du monde, il ne vaut rien pour un des
87terme, un génie n’est ni fou ni bête, ni sensé ni intelligent. Il ne s’appartient pas, n’a pas de qualités propres, de vices ou de
61 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
88os, comme serait conduit à le penser un enquêteur intelligent débarqué parmi nous du fond de l’espace. D’où la fonction d’orientati
62 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
89u’il n’y a pas d’information utile sans réception intelligente, et que la capacité de relier des faits et des décisions politiques s
63 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Chronique européenne : La préparation des élections européennes (printemps 1984)
90ble a su, en cette matière, se montrer généreuse, intelligente, et véritablement européenne. s. « Chronique européenne : la prép
64 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
91n, toujours aussi disponible que merveilleusement intelligent 89 , nous travaillons jusqu’à 3 h du matin : reprenons le texte Jacqu