1 1944, Les Personnes du drame. Introduction
1ons que l’œuvre, c’est-à-dire le champ clos de la lutte. Nous ne serions assurés de voir la personne intégrale dans ses actes
2re cette vocation…). Nous voyons au contraire une lutte, des résistances et des coups bas. Toutes les personnes humaines sont
3c’est l’acte autorisant la doctrine de Luther. La lutte d’un créateur contre l’automatisme, de l’authenticité contre les conv
2 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
4 la nature spécifique de l’effort goethéen, cette lutte contre ses données anarchiques et démoniaques, cette lutte contre que
5tre ses données anarchiques et démoniaques, cette lutte contre quelque chose en lui qui ne cesse de renaître tout au long de
6menacer son équilibre si chèrement conquis, cette lutte enfin où résident sa tension et sa grandeur propres, comment ne pas v
3 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
7e un grand esprit. Un an plus tard, épuisé par la lutte, il tomba au cours d’une promenade en ville. On le transporta à l’hôp
8 la fin de sa vie qu’il s’offrit sans masque à la lutte contre l’Église établie, lutte qui devait le mener à la mort parce qu
9t sans masque à la lutte contre l’Église établie, lutte qui devait le mener à la mort parce qu’elle accomplissait sa vocation
10vain… S’il ne meurt pas, dit-il, il poursuivra sa lutte religieuse, mais il craint qu’elle ne soit alors affaiblie. Au contra
4 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
11 méprisée de Barnabé, me paraît correspondre à la lutte entre les Églises établies et les petits groupes de dissidents illumi