1 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
1 possessions, aux dépens les uns des autres. Leur lutte, longtemps incertaine, va séparer une fois de plus — cette fois-ci po
2 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
2t : à l’instinct combatif, au goût primitif de la lutte. p. 40 11. L’article 7 de la Constitution fédérale de 1848 dit
3 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
3e politique commune à l’extérieur. Tôt après, les luttes religieuses qui allaient déchirer le pays pendant deux siècles, révél
4 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
4i l’un ni l’autre ne l’était en vérité. Mais leur lutte aux succès alternés allait permettre peu à peu la mise au point de so
5fier de préparatoire à la fédération est celle de luttes menées par les partisans d’une Suisse unie, contre les défenseurs de
6ns la Suisse fédérée. Commentant l’issue de cette lutte, c’est-à-dire le triomphe de l’État fédératif sur les ruines du systè
5 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
7ivre Blanc de Sarnen et les légendes décrivant la lutte des Waldstätten contre les baillis. Car ces baillis jouaient un rôle
8use. Le Conseil fédéral doit rester au-dessus des luttes partisanes, en tant qu’il constitue le chef de l’État ; il doit reste
9antés pendant une législature, mais l’issue de la lutte reste indécise, et la faculté d’adaptation qu’on reconnaît au radical
10dent les tribuns éloquents et qui passionnent les luttes de partis, tandis que des institutions saines et qui fonctionnent san
11et de l’ensemble, et de me forger au milieu de la lutte, avec mes forces vives, une personnalité vigoureuse et vivante, résol
6 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
12soulevé tant de colères, et triomphé dans tant de luttes, disait souvent : « Pour l’homme digne de ce nom, succès et échec son
13n parlant des institutions politiques. Certes, la lutte est serrée entre libéraux « fédéralistes » ou centralistes fédéraux.
7 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
14e de pouvoir se livrer comme leurs ancêtres à une lutte ouverte de principes et de convictions, les Suisses se bornent à un é
15dront la tête du parti réformé et soutiendront la lutte, souvent [p. 261] sanglante, contre les cantons catholiques du centre
16de fractions irréductibles, comme celles dont les luttes séculaires ont déchiré tant d’autres nations européennes. Toutefois,
8 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
17epter de demeurer, en tant qu’État, à l’écart des luttes politiques qui se jouent à l’échelle du continent. Ces conditions i