1 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
1eut aussi faire figure de sage officiel parmi les philistins. Le somnambule est désormais protégé par une cotte d’invisible silenc
2 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). L’Âme romantique et le rêve (23 mars 1937)
2meur des heil ! et la vocifération triomphale des philistins enfin vengés, perdu dans la foule exaltée je me disais : Qu’est-ce qu
3 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
3rdeur au service du Parti. Voici la « Prière d’un Philistin » (Spiessers Nachtgebet) publiée par le Bewegung de cette semaine :
4 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
4s on a peur, en le combattant, de parler comme un philistin. (Ce qui se produirait fatalement !) Ainsi l’on passe avec une feinte
5 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
5solument valables. De tous temps, les raisons des philistins ont eu mauvaise conscience devant les ironies du romantique. Mais ell
6mme qu’il n’ait déjà mieux dit ? Il a su louer le philistin et le romantique, et leur donner raison au point de leur faire honte
7êmes ; mais à la fin il n’écrase pas seulement ce philistin qui se contente d’épouser la veuve du brasseur, ou ce jeune fou qui a
8, si je l’atteins trop aisément, je deviendrai le philistin que dénoncent les romantiques, ou l’homme moral pris dans les rets so
9n créatrice. De fait, cela n’est pas possible. Le philistin [p. 254] qui « condamne » de la sorte et a priori toute passion, c’es
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
10s on a peur, en le combattant, de parler comme un philistin. (Ce qui se produirait fatalement !) Ainsi l’on passe avec une feinte
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
11bsolument valables. De tout temps, les raisons du philistin ont eu mauvaise conscience devant les ironies du romantique. Mais ell
12mme qu’il n’ait déjà mieux dit ? Il a su louer le philistin et le romantique, et leur donner raison au point de leur faire honte
13mes ; mais à la fin, il n’écrase pas seulement ce philistin qui se contente d’épouser la veuve du brasseur, ou ce jeune fou qui a
14, si je l’atteins trop aisément, je deviendrai le philistin que dénoncent les romantiques, ou l’homme moral pris dans les rets so
15on créatrice. De fait cela n’est pas possible. Le philistin qui « condamne » de la sorte et a priori toute passion, c’est qu’il n
8 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
16eut aussi faire figure de sage officiel parmi les philistins. Le somnambule est désormais protégé par une cotte d’invisible silenc
9 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
17faut choisir. Il faut être un chrétien ou bien un philistin. Le philistin est l’homme sans vocation. Il ne croit pas à l’acte et
18Il faut être un chrétien ou bien un philistin. Le philistin est l’homme sans vocation. Il ne croit pas à l’acte et il meurt au ha
10 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
19é de la commune condition humaine. Il imitera les philistins dans tous leurs gestes, conscient de récupérer par cet effort un droi
11 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
20tique de romantisme collectif, mais à l’usage des philistins, voilà le cauchemar qu’aura rêvé le IIIe Reich somnambulique. Maladie
12 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
21 le romantisme, mais adopté par ses victimes, les philistins. 21 juin 1939 À Saint-Germain-des-Prés, le printemps parisien, ce s
13 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
22Admettons que ce soit le mariage, surtout pour ce philistin-là. Toutes les ruses de Peter échouent devant cet obstacle dernier. I
23. Sa vision du monde serait exactement celle d’un philistin sympathique, d’un philistin sans exigences, et qui veut croire à la v
24exactement celle d’un philistin sympathique, d’un philistin sans exigences, et qui veut croire à la vertu, s’il n’y avait, au cen
25quoi qui n’est rien et qui est l’essentiel, notre philistin méconnu se voit chassé de la communauté des siens. Et par sa faute !
14 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.5. Les étymologies
26énaire av. J.-C. ; et qui est aussi la déesse des Philistins, peuple venu de Crète en Palestine vers 1200 av. J.-C. (Ishtar = Esth
15 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
27 qui est pire, la complaisance envers soi-même du philistin moderne. Il est, à l’opposé, un autre danger qui consiste à se servir