1 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
1intenant qu’un des membres de la tribu se mette à raisonner à part soi. Raisonner, c’est d’abord douter, et c’est bientôt se révo
2bres de la tribu se mette à raisonner à part soi. Raisonner, c’est d’abord douter, et c’est bientôt se révolter. L’homme qui rais
3douter, et c’est bientôt se révolter. L’homme qui raisonne, c’est l’homme qui cherche à échapper à la terreur originelle, aux li
2 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
4son et une main. » (Thomas d’Aquin.) Cette raison raisonne mal si elle n’engage pas la main. Cette main travaille en vain si la
3 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
5 de la culture ; à son discours. Nous allons donc raisonner à partir de cet acte indicible, et c’est la suite de ses contrecoups
4 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
6r à la manière des musulmans. C’est peut-être mal raisonner. Si ton effort aussi était prévu ? Pourrais-tu ne pas le fournir ? Et
5 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
7intenant qu’un des membres de la tribu se mette à raisonner à part soi. Raisonner, c’est d’abord douter, et c’est bientôt se révo
8bres de la tribu se mette à raisonner à part soi. Raisonner, c’est d’abord douter, et c’est bientôt se révolter. L’homme qui rais
9douter, et c’est bientôt se révolter. L’homme qui raisonne, c’est l’homme qui cherche à échapper à la terreur originelle, aux li
6 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
10s propositions, commençait par le nécessaire ; il raisonnait ainsi — car le Malin c’est le Raisonneur : « Comment ce qui t’est néc
7 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
11 peine de faire aucun effort. C’est peut-être mal raisonner. Si ton effort aussi était prévu ? Pourrais-tu ne pas le fournir ? Et
8 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
12et qui, de ce fait même, se distingue et s’isole. Raisonner, c’est d’abord douter, et c’est bientôt se révolter contre les tabous
9 1948, Le Figaro, articles (1939–1953). Sagesse et folie de la Suisse (13 octobre 1948)
13iegfried n’a pas collectionné des impressions. Il raisonne sur l’irréfutable. Il joue de la statistique comme un champion de ten
10 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
14e la cueillir aussi. » Il est vrai que Don Juan « raisonne » ainsi, en chacun de nous à ses heures. C’est qu’il oublie qu’une fe
11 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
15ntiment dont j’étais plein. Tâchons maintenant de raisonner de sang-froid. [p. 137] Quel est l’état réel de l’Europe ? On n’y a
12 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
16près lui à considérer les hectares du voisin et à raisonner sur l’instant. Les misérables Européens ont mieux aimé jouer aux Arma
13 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
17e la cueillir aussi. » Il est vrai que Don Juan « raisonne » ainsi, en chacun de nous à ses heures. C’est qu’il oublie qu’une fe
14 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
18pris, et qu’il est dangereusement irréalisable de raisonner comme s’il était possible de dissocier durablement notre salut de cel
15 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
19frappées de la même faiblesse congénitale : elles raisonnent à partir de clichés qu’elles tiennent pour incompatibles, et qu’elles
16 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
20chnocrate, de ministre ou de fonctionnaire qui ne raisonne qu’en termes de pouvoir et de prestige. Ce n’est pas un souci d’homme