1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1, mais pas toutes, en sorte que plusieurs touches sonnent encore, et c’est là-dessus qu’il improvise, oh ! j’aimerais tant alle
2e paresse de jour férié, les clochers de la ville sonnent deux heures. Allons. Un de ces corridors de vieille maison souabe, ha
2 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
3sent en tous sens, évitant vivement les trams qui sonnent avec frénésie et les petits taxis rouges qui déferlent sur les boulev
4dantes, à l’orientale (on pense au mot bazar, qui sonne rouge et jaune aussi). Soudain se dresse une énorme maison de pierre
3 1930, Articles divers (1924–1930). Le prisonnier de la nuit (avril 1930)
5’on tire du canon à son perdu depuis le temps que sonnent les marées à flots perdus sous la coupole errante des prières à dieux
4 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
6prologue et une conclusion. Le carton des armures sonne sourdement sous les coups d’un Kühnrich à la basse rugissante, plus t
5 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
7, mais pas toutes, en sorte que plusieurs touches sonnent encore, et c’est là-dessus qu’il improvise, oh ! j’aimerais tant alle
8e paresse de jour férié, les clochers de la ville sonnent deux heures. Allons. Un de ces corridors de vieille maison souabe, ha
6 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
9prologue et une conclusion. Le carton des armures sonne sourdement sous les coups d’un Kühnrich à la basse rugissante, plus t
7 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Poésie dialectique (juillet 1933)
10e. » Et au troisième vers de la dernière strophe, Sonne peut signifier, dans la langue de l’époque, Soleil ou Fils. [p. 118]
8 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
11ablement, cette lâcheté se pare ici d’un nom bien sonnant, et s’appelle « patience », parfois même « vertu » sans plus ; « ne p
9 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
12tait en camarades 18 . Eux-mêmes ne faisaient pas sonner leur mandat, leur habitude des travaux politiques… » N’est-ce pas tou
13 anti-étatiste — personnaliste ! Ce qu’ils disent sonne faux ; c’est poli, c’est raisonnable, c’est habile. Mais il faudrait
10 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
14ussi pourquoi nos disputes sont si vaines… Minuit sonna, dans ce silence. Il était temps de prendre congé de nos hôtes. Mais
11 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). À propos du 14 juillet (juillet-août 1935)
15is que la peur de Chiappe n’est pas un programme, sonnera l’heure de L’Ordre nouveau. p. II n. « À propos du 14 juillet »,
12 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
16 alles chanté debout, le bras levé. À huit heures sonnant, les lampes à arc s’éteignirent. Des flèches lumineuses gigantesques
13 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
17ages habituels dans la maison. Ce matin quelqu’un sonne. Un grand jeune homme crépu se présente : il est étudiant, il est ven
18is que dis-je le jour ! C’est l’heure même qui va sonner : demain dimanche, sur le coup de dix heures, le grand mot qui résume
14 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
19r, comme à la Diète (Uri se contentant parfois de sonner sa fameuse corne !), et Moïse ou Élie intervenaient dans les débats l
15 1940, Mission ou démission de la Suisse. Avertissement
20dence est la pire imprudence. Que cette heure ait sonné pour la Suisse, qu’il soit temps de voir grand et d’oser, au sein d’u
16 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
21mme elles le sont depuis quelques semaines, alors sonne une heure favorable pour les examens de conscience, pour les réformes
17 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le dernier des Mohicans (11 octobre 1945)
22 paulistes — joyeux nageurs, plongeurs bruyants — sonne pour les vêpres. Ce lac clair, qu’un jésuite français, au début du xv
18 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
23asse la sienne. Chaque jour des réfugiés viennent sonner à la grille : cette quinta n’est-elle pas à vendre ? n’aurait-on pas
19 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
24 propriétaire est un médecin des chiens. Il vient sonner vers les huit heures du soir, s’assoit au living-room, accepte un ver
20 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
25. Des heures ont passé, immobiles. Le téléphone a sonné plusieurs fois, près de mon lit, sans que je bouge. J’ai lentement re
21 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
26 paulistes — joyeux nageurs, plongeurs bruyants — sonne pour les vêpres. Ce lac clair, qu’un jésuite français, au début du di
27près du village. Puis les cloches se sont mises à sonner, et le petit couvent de l’autre rive a lancé lui aussi sa volée grêle
22 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
28 désespéré, après cet au-revoir en juin 1940, qui sonnait malgré moi comme un adieu… Le jour [p. 244] point derrière les rideau
29eus, médiéval. Et voici qu’une cloche très fine a sonné cinq coups délicats. Puis une autre plus loin, et plusieurs en écho.
30ès six ans de New York, qu’il y a des cloches qui sonnent les heures aux villes, et qui s’accordent à la suavité aiguë du petit
23 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
31nt désespéré, après cet au revoir en juin 40, qui sonnait malgré moi comme un adieu… Le jour point derrière les rideaux. Je vai
32eus, médiéval. Et voici qu’une cloche très fine a sonné cinq coups délicats. Puis une autre plus loin, et plusieurs en écho.
33ès six ans de New York, qu’il y a des cloches qui sonnent les heures, et qui s’accordent à la suavité aiguë du petit jour. Et c
24 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
34us d’un million de dollars avec Pour [p. 82] qui sonne le glas, n’a plus rien publié depuis six ans. Cette situation est sim
25 1950, Lettres aux députés européens. Cinquième lettre
35de l’Est européen. Mais vous pouvez le devenir et sonner le ralliement, cet été, en septembre, à Strasbourg. Tout tient à cela
26 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Cinquième lettre aux députés européens : « Méritez votre nom ! » (19-20 août 1950)
36de l’Est européen. Mais vous pouvez le devenir et sonner le ralliement, cet été, en septembre, à Strasbourg. Tout tient à cela
27 1950, Combat, articles (1946–1950). Messieurs, on vous attend encore au pied du mur ! (4 octobre 1950)
37de l’Est européen. Mais vous pouvez le devenir et sonner le ralliement. Tout tient à cela, tout tient à votre sage audace. Car
28 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
38ies, murs jaunes et beaucoup de meubles. Quand je sonne, trois serviteurs paraissent au fond de la pièce, devant une tenture
39enture sombre, sans nul bruit. Il m’est arrivé de sonner à [p. 57] nouveau n’entendant rien venir, et de m’apercevoir ensuite
40’ai sommeillé sous le ronron lent de l’hélice. Je sonne pour demander du thé. Les trois formes blanches naissent dans l’ombre
29 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
41articiper (les Anglais) ; et qu’enfin son heure a sonné, si jamais signal clair fût donné par l’Histoire. L’Asie à Genève,
30 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
42 intéressé des masses du monde entier, — pour qui sonne-t-il le glas ? Pour le seul « stalinisme » ? Non, pour tout ce qui perm
31 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le vocabulaire politique des Français (novembre 1958)
43ésultat n’exprime pas l’opinion du vrai peuple et sonne le glas de la vraie démocratie, c’est qu’on a changé le sens des mots
32 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
44ne véritable et durable renaissance… La Réforme a sonné le glas de la chrétienté. Celle-ci n’existe plus désormais. Catholiqu
33 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
45celle des spoliateurs, alors l’heure de la Russie sonnera ; alors la Russie pourra se promener tranquillement l’arme au bras da
46le faire l’historien, on constate que les cloches sonnent en harmonie, même si, de tout près, elles font entendre quelques diss
47 ; et c’est à lui que 1914 donna raison. Car 1914 sonna le glas du rôle mondial de l’Europe des Nations. Cette catastrophe fu
34 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
48ses des catastrophes à venir. Dès 1919, l’heure a sonné des constatations désolées et des gloses sur la tragédie qu’on vient
49puissances », « le concert des puissances », cela sonne bien, vraiment un concert magnifique. Et avec cela nous sommes depuis
35 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
50s ! Européennes ! L’heure du destin de l’Europe a sonné ! Dans les usines de toute l’Europe, on forge chaque jour des armes d
36 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
51 le 27 septembre 1958 : À l’aube, des trompettes sonnèrent et des sifflets retentirent pour le rassemblement de la population de
37 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
52ation telle que « toutes les cloches cessaient de sonner lorsque le roi et la « reine » entraient dans une ville ou dans un ch
38 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
53. Des heures ont passé, immobiles. Le téléphone a sonné plusieurs fois, près de mon lit, sans que je bouge. J’ai lentement re
39 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
54oir, consommer le suicide du Conseil de l’Europe, sonner peut-être le glas de l’Europe ? Seul un acte révolutionnaire des délé