1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1ntenant Scardanelli des quatrains qu’il donne aux visiteurs venus pour contempler la victime d’un miracle. — C’était l’époque des
2 bien habiter la chambre. Il ne vient pas tant de visiteurs, et seulement de 2 à 4… Une rue étouffée entre des maisons pointues e
2 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
3le caractère d’avant-garde des toiles frappait le visiteur avant qu’il eût songé à distinguer les caractères confessionnels. Esp
3 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
4ntenant Scardanelli des quatrains qu’il donne aux visiteurs venus pour contempler la victime d’un miracle. — C’était l’époque des
5 bien habiter la chambre. Il ne vient pas tant de visiteurs, et seulement de 2 à 4. Une rue étouffée entre des maisons pointues e
4 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
6thèque-sanctuaire-ruche active offrirait donc aux visiteurs lassés l’œuvre complet de M. Duhamel et les articles de M. Ducos, rel
5 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
7 » impressionnantes que l’URSS étale aux yeux des visiteurs, ceux-ci reviennent persuadés 37 que la critique d’un clerc y perd s
6 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
8» impressionnantes que l’URSS, étale aux yeux des visiteurs, ceux-ci reviennent persuadés que la critique d’un clerc y perd ses d
7 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
9ignent comme les Suisses énumèrent leurs Alpes au visiteur qui en contemple la chaîne. Le vent fou, l’air ozoné et la lumière éc
8 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
10anales, accueillant un à un, mais longuement, les visiteurs qui passent par cette ville de nulle part. Et j’ai songé à cette autr
9 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
11tinguée », ces dos pleins de réprobation quand le visiteur n’est pas bien habillé ou qu’il vient trop de foreigners… Mais il fau
10 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
12ignent comme les Suisses énumèrent leurs Alpes au visiteur qui en contemple la chaîne. Le vent fou, l’air ozoné et la lumière éc
11 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
13uvert dans le vestibule, je lis les signatures de visiteurs de toutes confessions (ils les indiquent et je note beaucoup de Roman
12 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Une bureaucratie sans ronds-de-cuir (23 mai 1946)
14ureaucratie, pour ceux qui en sont comme pour les visiteurs. La mer des Paperasses rempart de la liberté ? Mais je me pose tout
13 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
15ureaucratie, pour ceux qui en sont comme pour les visiteurs. ⁂ Mais je me pose tout de même la question de l’avenir des démocrati
14 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
16uvert dans le vestibule, je lis les signatures de visiteurs de toutes confessions (ils les indiquent, et je note beaucoup de Roma
15 1948, Suite neuchâteloise. VI
17oins le nom. Nous n’avons rien de ce rang-là. Les visiteurs de [p. 63] Lausanne, de Coppet, des coteaux de Cologny ou de Montreux
16 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
18l’impression générale, tant des indigènes que des visiteurs étrangers, est que le niveau [p. 106] de vie moyen (celui du salarié
17 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur un certain cynisme (septembre 1957)
19e discute à Paris, et que l’on y « présente » aux visiteurs. La vraie vie de la pensée est ailleurs. Je vous propose mon « Progra
18 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
20sse. Là, Kassner recevait presque chaque jour des visiteurs venus des quatre coins de l’Europe. Pourquoi n’y ai-je été que si rar
21xerçait d’autres sanctions, sur les trop nombreux visiteurs, que celles d’un bref regard pénétrant de malice, d’un éclat de voix
19 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
22sse. Là, Kassner recevait presque chaque jour des visiteurs venus des quatre coins de l’Europe. Pourquoi n’y suis-je allé que si
23xerçait d’autres sanctions, sur les trop nombreux visiteurs, que celles d’un bref regard pénétrant de malice, d’un éclat de voix
20 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
24ntôt, il s’arrangea pour recevoir malgré tout des visiteurs. Quand vint le moment de son retour à Londres, il était encore incapa
21 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Introduction
25accord étonnant entre Suisses qui s’expliquent et visiteurs qui les découvrent. Peu de problèmes en friche, point de grandes cont
26iaux. En somme, à cette « démocratie témoin », ce visiteur sérieux et averti n’adresse d’autre critique, si c’en est une, que d’
22 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
27f et tatillon, tout à fait sui generis et que nos visiteurs tiennent pour « typiquement suisse », non sans quelque raison mais il
23 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
28 Le fait qu’A. M. et R. S. aient été mes premiers visiteurs donne peut-être son vrai sens à ma venue dans ce lieu. » Le soir du
24 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
29e s’est fait. J’ai reçu beaucoup de lettres et de visiteurs. On me demandait, des jeunes surtout, d’entreprendre une action polit
25 1979, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (printemps 1979)
30avant le vote, évoquant le referendum devant deux visiteurs, le général déclare : Eh bien, je vais vous dire, si ça marche, ce s